Le Miel & Les Abeilles

D‘immortaliser l’abeille dans toute sa simplicité, sa beauté.

Surprenante par la fugacité harmonieuse de ses mouvements délicats,                                    

Dans sa quête assidue et laborieuse, elle grappille le nectar avec art.

En ville comme à la campagne s’en allant inlassablement butiner les délicats pistils

Des milliers de fleurs poussées parmi les herbes folles ou plantées avec harmonie.

Imprimer en un geste inaudible, sur du papier glacé quelques dixième de secondes.

Ce voyage dans le temps ne vous prendra qu’un instant,

Pour peu que vous soyez pressé !

Allez, laissons nous surprendre !

Quelques gouttes du précieux « nectar des dieux » versé dans une petite cuillère.

Un voyage gustatif en notes fleuries et subtiles d’acacia, de lavande.

Ou de ses rarissimes fleurs de collines du massif du Mercantour.

 

 

 

 

 

Coquelicot Sauvage & Pavot

Comment résister à la tentation de revivre de si beaux souvenirs d’enfance ?
Dans mes souvenirs les plus lointains,le Coquelicots est ma fleur
préférée en raison de sa fragilité et de sa beauté rouge écarlate.

Je n’ai appris que bien plus tard, qu’il est l’emblème de la guerre
notamment dans les pays du fait qu’ils poussaient dans les tranchées comme sur les tombes.

 

Voici la comptine pour enfants qui m’a peut être influencée étant petite, son but est atteinte au delà de toute espérance :

J’ai descendu dans mon jardin (bis)
Pour y cueillir du romarin.
Gentil coquelicot, Mesdames,
Gentil coquelicot, nouveau.

J’n’en avais pas cueilli trois brins (bis)
Qu’un rossignol vint sur ma main
Gentil coquelicot, Mesdames,
Gentil coquelicot, nouveau.

Qu’un rossignol vint sur ma main (bis)
Il me dit trois mots en latin
Gentil coquelicot, Mesdames,
Gentil coquelicot, nouveau.

Il me dit trois mots en latin (bis)
Que les hommes ne valent rien
Gentil coquelicot, Mesdames,
Gentil coquelicot, nouveau.

Que les hommes ne valent rien (bis)
Et les garçons encore bien moins !
Gentil coquelicot, Mesdames,
Gentil coquelicot, nouveau.

Et les garçons encore bien moins !
Des dames, il ne me dit rien
Mais des d’moiselles beaucoup de bien
Gentil coquelicot, Mesdames,
Gentil coquelicot, nouveau.

 

Le poème du Colonel John McCrae ..

In Flanders fields

In Flanders’ Fields the poppies blow
Between the crosses, row on row,
That mark our place; and in the sky
The larks, still bravely singing fly
Scarce heard amidst the guns below.

We are the Dead. Short days ago
We lived, felt dawn, saw sunset glow,
Loved and were loved, and now we lie
in Flanders’ fields.
Take up our quarrel with the foe,
To you from failing hands we throw
The torch – be yours to hold it high;
If ye break faith with us who die,
We shall not sleep though poppies grow
In Flanders’ fields.

Dans les champs des Flandres, les coquelicots
Sont parsemés de lot en lot
Auprès des croix ; et dans l’espace
Les alouettes devenues lasses
Mêlent leurs chants au sifflement des obusiers.

Nous sommes morts,
Nous qui songions la veille encor’
À nos parents, à nos amis,
C’est nous qui reposons ici,
Dans les champs des Flandres.

À vous jeunes désabusés,
À vous de porter l’oriflamme
Et de garder au fond de l’âme
Le goût de vivre en liberté.
Acceptez le défi, sinon
Les coquelicots se faneront
Dans les champs des Flandres.